L'entreprise

Ciffréo Bona est une entreprise de négoce de matériaux de construction. Dirigée par M. René Bona, son siège social est basé à Nice.

Nous commercialisons une très large gamme de produits : gros oeuvre, travaux publics, carrelage, bricolage, peinture, menuiserie, bois mais aussi cuisines, salles de bains, placard, décoration...


1870 : la génèse

Nice à peine française, le nom de Ciffréo est déjà associé à l'extraction et au négoce de matériaux.
Dès ses origines, l'entreprise a gardé le caractère familial et un entrepôt, boulevard Pasteur à Nice. José Bona, père de René Bona, a connu sous ses fonctions premières "l'exploitation d'une carrière et d'une usine de plâtre, à une époque où la ville de Nice était en pleine urbanisation.
Il existe encore une galerie aujourd'hui, d'où l'on extrayait le gypse. Le boulevard Pasteur n'existait pas. On appelait l'endroit "le quartier de la plâtrière". Cette plâtrerie était alors baptisée Ciffréo et Musso, des noms de ses deux pères fondateurs.



L'avant-guerre : l'exploitation industrielle

Avec la guerre, les activités de la société vont changer. José Bona se souvient : "Il y avait pénurie de matériaux. Et le gisement de plâtre s'épuisait. La ville, elle, continuait à s'étendre. Antonin Bona, mon père, avait installé - toujours à Pasteur - une usine de fabrication de parpaings.
Le magasin de Diderot, lui, tournait au ralenti, faute de marchandises. On y trouvait désormais du bois, seule matière première disponible à profusion..."
C'est après la guerre que la société va se spécialiser dans le négoce, abandonnant définitivement ses activités industrielles.



L’après-guerre : une nouvelle orientation

Dans la foulée, le magasin de la rue Diderot, dans la ville nouvelle, est ouvert. Le début de l’aventure pour José Bona : «On y entreposait et y vendait plâtre, ciment, chaux et tuiles, juste avant la deuxième guerre mondiale, quand mon père a pris la direction de l’entreprise qui est devenue Ciffréo Bona».



Les années 60 : vers de nouveaux marchés

A 30 ans, son diplôme de Droit en poche, José Bona prend les rênes de l’entreprise et ouvre les entrepôts de Cannes-la-Bocca, dans les années 60, bien décidé à grandir ailleurs qu’à Nice.
«Notre force ? Nous sommes restés des négociants, sans vouloir toucher à d’autres créneaux, nous étendre à des domaines de compétences que nous n’aurions pas maîtrisés. Nous nous sommes développés autour des professionnels et avec des professionnels, sans pour autant fermer les yeux sur de nouveaux marchés comme le bricolage. Et sans abandonner nos espaces en centre ville. A Nice, rue Diderot, nous avons même un voiturier pour aider notre clientèle à se garer et à sortir du dépôt. C’est assez unique !». Un respect et une fi délité à la clientèle que René Bona, après son père, a précieusement conservés....



Aujourd’hui : une expansion maîtrisée !

Nous sommes aujourd’hui 1300 collaborateurs, répartis sur 110 agences à travers différentes enseignes.
En 1991, Ciffréo Bona rachète Matériaux Modernes, célèbre enseigne marseillaise créée en 1930.
En 1993, la Quincaillerie Aixoise cède les agences Salica (à Cannes et Fréjus) et Anconetti (à Toulon et à La Seyne-sur-Mer), spécialisées dans le chauffage, la plomberie et le sanitaire.
1997 voit la création du tout premier dépôt professionnel à Nice pour créer une nouvelle dynamique en direction de la clientèle professionnelle.
Depuis 2000, Ciffréo Bona s’implante dans de nouvelles régions : Languedoc-Roussillon (Nîmes, Montpellier, Vendargues) et Rhône-Alpes (Chanas, Saint-Priest).
ciffréo bona enseigne
 
historique ciffréo bona
 
les entrepots
 
Les entreprises aujourd'hui
 
Logos Ciffréo Bona
 
Logo Salica Anconetti